qui sommes-nous ?


L’histoire de ce Jardin est indissociable de celle de ses protagonistes, sachant que si le Jardin a mis près de trente ans à sortir physiquement de terre, son approche remonte à beaucoup plus loin (voir Historique ci-dessous).


D’une surface de 2,5 ha, le Jardin botanique littoral Paul Jovet est essentiellement un outil pédagogique. Le plan réalisé en 1991 comportait les espaces dédiés à l’installation des divers milieux naturels et d’étude. À l’usage, l’articulation entre les contraintes du site et la réalisation, s’est révélée tout à fait adaptée aux nombreuses activités pédagogiques qui y ont pris place.
Les deux « tuteurs » du Jardin, Paul Jovet et Jean Bost étaient des passeurs de savoir. Instituteur puis botaniste au Muséum national d’histoire naturelle (Jardin des Plantes à Paris) pour le premier, professeur de sciences naturelles au Lycée Ravel de Saint-Jean-de-Luz, enseignant à l’IUFM de Bordeaux, fondateur de nombreuses associations naturalistes et de réinsertion sociale, pour le second.

 

Le Jardin est un lieu de vie sociale, où se rencontrent les adhérents lors des nombreuses activités liées à la botanique, jardinage, initiation à la botanique, ethnobotanique, prise en charge des herbiers de Paul Jovet, programme Vigie-flore du MNHN. De nombreuses expositions et conférences ont lieu chaque année dans la Maison Jean Bost.

 

Historique du Jardin botanique littoral Paul Jovet

 

Dès 1934, le professeur Paul Jovet publie notes et mémoires sur la végétation et la flore du Pays basque. En octobre 1954, il est nommé directeur du Laboratoire du Muséum national d’histoire naturelle à Biarritz. Il déplore la disparition d’espèces, de biotopes, de paysages et défend l’utilité des jardins botaniques pour le maintien de la biodiversité.
C’est à son contact que se fait jour dans les années 1980, chez les acteurs environnementaux du Pays basque, une prise de conscience forte, de la nécessité de « porter à connaissance » et de « préservation ».

1980 – Profitant de la proposition du maire M. Ithurralde, Paul Jovet, Bernadette Lizet, Pierre Lamarque et Gil Laës de la SEPANSO-Pays Basque retiennent le site d’Archilua site de la station d’épuration de Saint-Jean-de-Luz / Ciboure, pour l’installation d’un jardin botanique.

1985 – Les naturalistes autour de Paul Jovet, dont Anne-Elizabeth Wolf, réalisent, avec des jardiniers du service des espaces verts, les premières plantations sur le terrain de la station d’épuration de Saint-Jean-de-Luz, récemment bâtie.

1989 – L’équipe de maîtrise d’œuvre chargée de créer le jardin d’Archilua sur le site de la station d’épuration est constituée. Elle est composée d’agents de services techniques municipaux, d’adhérents des associations Drosera et SEPANSO, de l’équipe liée au Muséum national d’histoire naturelle.

1990 – La municipalité embauche Michel Arrayago, jardinier dont la candidature a été retenue par Paul Jovet et son équipe, pour réaliser le Jardin. Son « bureau » est localisé dans le blockhaus situé sur l’aire de manœuvre de la station d’épuration.

1991 – Le décès de Paul Jovet ne met pas fin au projet. Le modelage du Jardin va commencer sur les plans d’Anne-Elizabeth Wolf (architecte-paysagiste DIAL) : terrassement, clôtures, allées, creusement du bassin… Les gros équipements sont réalisés ainsi que les plantations structurantes : haies, brise-vent, boisements.
Le premier Comité de pilotage est mis en place.

1994 – Inauguration du « Jardin botanique Paul Jovet », le 21 juin.
 « L’Association Paul Jovet pour le jardin botanique de la flore littorale et des espèces menacées du littoral Basque » est déclarée en préfecture le 22 décembre. Présidente fondatrice : Anne-Elizabeth Wolf.
« En vue du développement du Jardin, l’Association s’engage à mettre en œuvre un programme de plantation et assurer l’animation sur la base d’un programme annuel » : première convention signée avec la mairie.

1995 (22 mars) – Dépôt du permis de construire du bâtiment d’accueil. Cependant les demandes de subventions correspondantes ne sont pas confirmées.
Le décès de Jean Bost et le changement de municipalité induisent une mise en sommeil du projet.
Néanmoins l’entretien du Jardin, non encore totalement planté, est assuré par Michel Arrayago et le service des espaces verts.

1995 à 1999 – Diverses actions sont menées conjointement par les associations « Drosera » et « Paul Jovet » afin de redynamiser le projet.

1996 – Plantation d’arbres, au Jardin, en hommage à Jean Bost

1997 Rendez-vous à Saint-Jean-de-Luz, entre le député-maire et Suzanne Jovet-Ast, et à Paris à l’Assemblée nationale, avec des scientifiques du Muséum.

1998 Exposition « Jardins botaniques » afin de sensibiliser les Luziens.
Nouvelle convention de partenariat avec la municipalité pour la mise en valeur du Jardin, et les conditions de fonctionnement.

1999 Enquête sur l’organisation, la gestion, le financement de divers Jardins botaniques français, dont le résultat est fourni à la municipalité.
Le Conseil d’Administration passe de 4 à 7 personnes. Son siège est transféré à Sagardian. 10 adhérents constituent «Les Amis du Jardin botanique Paul Jovet».

2000 – L’audit réalisé par un cabinet spécialisé marque la première phase de la volonté municipale de reconsidérer la faisabilité du Jardin botanique.

2001 – La mairie s’engage en nommant le conseiller chargé de l’environnement, responsable de l’organisation de Comités de pilotage réguliers.
L’Association organise des activités de plus en plus nombreuses, et se renforce.

2002 – La municipalité engage les gros travaux de réhabilitation indispensables à la mise en valeur du Jardin et subventionne l’Association pour lui permettre d’engager son premier salarié, jardinier-botaniste-animateur : Domeka Zubeldia.

2003 – Un abri permet à notre jardinier de faire face à ses diverses tâches.
Premières récoltes de graines (armoire réfrigérée). Premières étiquettes botaniques (machine à graver).
Premier échange de plantes du 8 mai.
Mise en chantier de la conception des tables signalétiques des grands milieux, désormais bien représentés au Jardin.

2004 – Publication d’un premier document « Jardinons ensemble ». Premiers stagiaires au Jardin. Première convention avec l’association A.D.E.L.I.
Participation aux journées techniques organisées par les Jardins botaniques de France et des pays francophones.

2e et 3e échanges de plantes, au printemps et en automne.

 

2005 – Implantation du labyrinthe arbustif. Les milieux s’enrichissent de nouvelles plantations.
L’espace technique du Jardin est aménagé. Une parcelle est réservée au groupe jardinage.
Les actions pédagogiques et d’accueil ponctuel se poursuivent ainsi que la réception de stagiaires.
Réalisation du dépliant sur le Jardin botanique Paul Jovet, distribué lors de l’inauguration du Sentier littoral.
4e et 5e échanges de plantes.

 

2006 – Création du Jardin des Utiles.
Le permis de construire de la Maison Jean Bost est accordé le 22 août.
Les activités pédagogiques, d’animation, de structuration de l’Association s’amplifient : création d’un groupe communication pour la création d’un site web, d’un dépliant, en prévision de l’ouverture au public du Jardin.
6e et 7e échanges de plantes, au printemps et en automne.

 

2007 – Création d'un poste de direction qui complète l'équipe en place : Jardinier-botaniste-animateur et Jardinier-animateur..
Remaniement et plantation de la rocaille abritée. Enrichissement de la chênaie et de la pinède.
Réfection des carrés botaniques expérimentaux en bois de robinier rétifié, et de l’amphithéâtre en troncs de pins recyclés.
Terrassement et mise en chantier de la Maison Jean Bost.
Réception le 31 août de l’expédition : « Sur les traces d’Augustin Pyramus de Candolle 200 ans après ».
Réalisation d’un atelier et tenue d’une conférence à la Fête de la corniche, les 22 et 23 septembre. 8e et 9e échanges de plantes.
Le volume des animations scolaires devient conséquent : 459 élèves sont reçus au Jardin.
L’Association est prête à ouvrir le Jardin au grand public.

2008 - Ouverture au public, du Jardin botanique littoral Paul Jovet le 22 mars.
10e et 11e échanges de plantes.

2009 - Le Conservatoire Botanique National Sud-Atlantique y établit son relais méridional.
12e et 13e échanges de plantes.

2010 - L'Association compte 3,5 postes salariés.
Elle développe ses activités de sensibilisation au patrimoine naturel local (dominante botanique), ainsi que ses activités de botanique appliquée comme la revégétalisation de la lande littorale, le transfert d'espèces protégées (grémil prostré et séneçon de Bayonne). La fréquentation du jardin augment de 4 % ; le bénévolat s’établit à 4117 heures.
L'Association a accueilli 1102 élèves dont 27% en langue basque.
Les plantations du Jardin gagnent en maturité, les travaux s'y font en partenariat avec les services espaces verts de la ville de Saint-Jean-de-Luz et l'association d'insertion ADELI. Les plessis de l’Arbre au bateau et du labyrinthe sont remplacés. Les cyprès de la pinède sont progressivement éliminés.
Lancement de la formation d’ethnobotanique sous la direction de deux ethnologues, Stéphanie Fance et Bernadette Lizet, professeur au Muséum national d’histoire naturelle.
L’Association des Journalistes de Jardins et d’Horticulture décerne au Jardin son prix mention « Initiative citoyenne ».
14e et 15e échanges de plantes.

 

2011 – 16e et 17e échanges de plantes.
900 élèves ont été reçus au Jardin, 6 expositions, 10 conférences, 21 sorties découvertes pour 316 participants, 388 personnes ont participé aux visites guidées.

 

2012 –18e et 19e échanges de plantes.

L'association des Amis du JblPJ ne peut plus assumer la charge des quatre salariés indispensables à la bonne marche du Jardin. Le 14 décembre 2012, le conseil municipal vote à l'unanimité la décision de reprendre en régie le Jardin et ses quatre salariés.

6 400 visiteurs, résultat financier positif. Nous transmettons un outil de travail performant et reconnu bien au-delà des limites communales luziennes, mais sans commentaire sur notre état d'esprit ...

 

2013 – la gestion technique du Jardin est de la responsabilité de la mairie. L'association poursuit ses activités variées :

* conférence sur les herbiers dans la cadre de l'exposition : les herbiers anciens d’Aquitaine

* atelier montage de l’herbier Paul Jovet : 604 planches montées cette année sur les 20 000 reçues du Muséum. À ce jour plus de 4000 planches sont prêtes

* atelier jardinage au naturel : 430 h de travail sur 10 mois

* 20e et 21e échanges de plantes

* mise à disposition des adhérents des 600 ouvrages de la Bibliothèque

* Vigie-Flore, participation au programme du Muséum national d'Histoire naturelle de suivi des changements d'abondance des espèces végétales communes en France Participation des connaissances sur l'impact des activités humaines et des changements globaux sur la flore métropolitaine

* quatre sorties naturalistes avec le CBNSA et une aux pépinières Maymou à Bayonne

* déplacement de deux espèces patrimoniales dans le cadre de la mission ASF

* présence à Alternatiba le 6 octobre à Bayonne, pour promouvoir l’association

* collaboration avec l’ICB dans le cadre d’une résidence d’écrivain dont la restitution se fera au cours des journées du patrimoine le samedi 20 septembre 2014.

 

2014 -

* participation au salon Avril’expo à Bayonne dans l'espoir de rencontrer des personnes intéressées par nos activités

* 22e échange de plantes le 8 mai. Celui d'octobre n'a pas été organisé pour cause d'activités très nombreuses à organiser cet automne

* samedi 31 mai : Rendez-vous aux Jardins avec le thème « l’enfant au Jardin » Atelier de jeux d’enfants très appréciés y compris par les anciens enfants !

* samedi 20 septembre : Journées du Patrimoine, « Patrimoine culturel,  patrimoine naturel ». Restitution du travail de poésie du bertsulari Odei Barroso. Publication bilingue réalisée par l’ICB avec la participation financière de la ville de Saint-Jean-de-Luz

* dimanche 28 septembre : Fête de la Corniche, notre stand est à l’endroit habituel près du chantier de revégétalisation des Viviers basques. Le thème de cette année : les EEE, espèces exotiques envahissantes. Distribution d'un guide des espèces autochtones à utiliser pour constituer des haies accueillant une faune utile

* au printemps, herborisation à Bidart et Chantaco 

* en juin, Vigie-Flore pour une des placette, à notre arrivée sur la pâture dont il fallait recenser les espèces, les vaches y broutaient encore ! Après leur départ il a été difficile de déterminer les plantes qui avaient fait leurs délices …

* l’atelier d’attachage des herbiers de Paul Jovet s’est poursuivi contre vents et marées. Toute personne aimant les travaux minutieux est la bienvenue, pour un partage scientifique dans la bonne humeur et les papotages

* les livres de la bibliothèque rejoignent peu à peu la place qui leur est assignée sur les rayonnages

* la conduite et l’entretien du jardin potager se poursuit

* deux visites ont été organisées : la safranière de Pascal Garcia (Crocus sativus L.) à Saint-Pée-sur-Nivelle le 7 novembre ; le vignoble d’Emmanuel Poirmeur, installé sur la

Corniche à Urrugne et la vinification de l’Egia tegia dans le fonds de l’océan

* le dernier point concerne les activités de l’association en général. Guy et Gratienne Teynié ont reçu de la part de la mairie de Saint-Jean-de-Luz une reconnaissance officielle de leur engagement à 100 %, 24 h sur 24 et 7 jours sur 7.

 

2015 -

* conférence donnée à Biarritz pour les Amis du Musée de la Mer, le 8 avril 2015. Sujet : le Jardin botanique littoral Paul Jovet, le botaniste Paul Jovet et le problème posé par les EEE, les espèces exotiques envahissantes.

* samedi 11 et dimanche 12 avril 2015, Journées Portes ouvertes : « l’Herbier du Jardin botanique littoral Paul Jovet ».  Samedi matin : collecter de quoi confectionner un herbier et herboriser dans les pas du botaniste Paul Jovet. En contrebas de l'église d'Arcangues, dans les chemins creux humides superbes à partir du chemin de Jaureguiborda et jusqu’au ruisseau d’Argelous, accompagnés par deux botanistes. L’après-midi à la maison Jean Bost : « Pourquoi les botanistes confectionnent encore et toujours des herbiers avec leurs récoltes de plantes ? Pourquoi est-il pris grand soin de l’herbier de Paul Jovet au Jardin botanique ? » Exposés de Marie Jean, documentaliste au Conservatoire botanique national Sud-atlantique : Plantes d’hier et d’aujourd’hui pour la biodiversité de demain et d'Anne-Elizabeth Wolf : Réseau des herbiers de France.

Dimanche, « Apprendre à confectionner un herbier » ou bien, en famille, des « empreintes de feuilles » au cours d’ateliers ludiques et scientifiques.

Démonstration d’un herbier scientifique, celui de Paul Jovet, botaniste du XXe siècle au Pays Basque et dans les Landes, sa mise en parts réalisée par les bénévoles de l’atelier Herbier et l’exploitation des données informatisées

* les 23e et 24e échanges de plantes 

* en fin d’année, un atelier des couronnes de l’Avent

* neuf bénévoles participent maintenant à l'atelier d'attachage des herbiers

* l'atelier jardinage se poursuit au fil des saisons. Il accueillerait volontiers des jardinières ou jardiniers supplémentaires

* le catalogage de la bibliothèque est quasiment terminé, si tant est qu’un tel travail puisse s’achever alors que régulièrement de nouveaux ouvrages sont apportés.

 

 

 

2016 – 25e et 26e échanges de plantes, le 8 mai et le 8 octobre. Un public nombreux (environ 300 personnes) et averti, composé d’habitués qui ne rateraient pour rien au monde cette possibilité d’exposer leurs réussites botaniques, d’échanger leurs plantes contre celles qu’ils n’ont pas encore essayées et de discuter sans fin des avantages et des inconvénients de tel ou tel mode de culture. Un vrai lieu d’échanges enrichissants.

L'après-midi du 8 mai, pour marquer le 25e échange, un atelier participatif a permis de mettre en commun nos connaissances sur des sujets pointus comme la permaculture, l’agroforesterie, la biodynamie, les cultures en lasagne, sur buttes, etc. Très instructif.

Journées techniques organisées par JBF du 13 au 17 juin avec une vingtaine de jardiniers et responsables de différents Jardins botaniques de France et des pays francophones (Genève et Meise). Cela faisait très longtemps que tous attendaient cette occasion de voir notre Jardin et ils ont été impressionnés. Les participants ont été reçus par Monsieur le maire. Six communications, quatre ateliers, une journée de terrain, guidées par les jardiniers-botanistes agents municipaux, et les botanistes du Conservatoire botanique national Sud-atlantique. Ces quatre journées de travail concernaient la problématique de cette année : « Pays basque : carrefour de biodiversité mer/montagne. Connaissance et accompagnement des dynamiques végétales ».

 

 

 Le JblPJ est membre de l’association des JBFPF et il est en passe d’être agréé en tant que Jardin botanique mettant en œuvre la charte des Jardins botaniques qui figure dans les statuts de notre association.

 

* Fin juin, la fête des associations a permis de tenir un stand au cœur de la ville et grâce à Lucile et Gisèle, Jean-Michel, Jean et Bernard, l’association et ses différents ateliers étaient bien représentés, merci pour leur implication. Jean-Michel Laurens a reçu à cette occasion la médaille de la Ville.

 

* Dimanche 25 septembre, la Fête de la Corniche s’est déroulée cette année, et pour la première fois semble-t-il, sous un déluge véhiculé par des rafales de vent telles que les organisateurs sont venus démonter les petites tentes dès 9 h, avant qu’elles ne soient emportées au large. Il ne restait donc plus rien pour abriter ni les documents ni les animateurs près du lieu de notre site de revégétalisation des Viviers basques. Quatre herborisations ont été menées malgré tout sous la pluie au long du chemin qui surplombe la falaise. Les végétaux principaux avaient été étiquetés à l'avance et donnaient lieu à des explications et des échanges très variés.

 

* Cette sortie littorale trempée a été renouvelée « à sec » en empruntant le sentier botanique, juste de l’autre côté de la clôture du Jardin, dans la lande de l’ENS où une bonne diversité végétale a pu être rencontrée.

 

* 9 octobre 2016 : sortie en covoiturage à Gaujacq (Landes). Visite du Jardin du château de Gaujacq et des stands de pépiniéristes adhérents à l’ASPECO (association des pépiniéristes collectionneurs). Toujours autant de tentations végétales !

 

* En fin d’année, nous étions trois à aller récolter des végétaux à Erromardie pour confectionner une dizaine de couronnes que nous avons données à celles qui n’avaient pas pu se joindre à nous. L’une d'entre elles illustrait la lettre de fin d’année.

 

* En dehors de ces activités ponctuelles, les trois ateliers fondamentaux de l’association se sont poursuivis grâce au travail de Dominique, Judy, Marion, Catherine, Jean, Alberto et Marek pour les herbiers, Georges pour l’informatisation. L’encadrement scientifique est assuré par Anne-Elizabeth.

 

* Après un an et demi d’arrêt total, l’informatisation des données sur la base Sonnerat du Muséum national d’Histoire naturelle a repris. Aboutissement du travail sur les herbiers, cela permet de partager l'information avec les scientifiques du monde entier et plus près de nous avec les deux botanistes du CBNSA (Conservatoire botanique national Sud-Atlantique).

 

* Malgré la relative exiguïté du petit jardin potager, l’atelier jardinage se poursuit et accueillerait volontiers des jardinières ou jardiniers supplémentaires. Ce petit jardin est malheureusement menacé par le projet d’établissement d’un réservoir de retenue des eaux pluviales qui devrait être creusé à l’emplacement de l’espace technique et donc aussi du Jardin potager et de l’école de compostage. Un réservoir de 35 mètres cubes soit 35 000 litres soit 35 tonnes devrait prendre place près du sommet de la falaise ce qui ne paraît pas très judicieux vu les problèmes d’érosion qu’elle rencontre déjà … Il faut attendre les conclusions techniques du BRGM.

 

* À la bibliothèque, une charmante nouvelle bénévole, documentaliste de son état, Marek reprend le travail de catalogage en panne depuis plus d’un an.

 

 

 

2017 –

 

* Les 27e et 28e échanges de plantes du 8 mai et du 8 octobre. Journées sans pluie, toujours autant plébiscitées et qui ont rassemblé une fois de plus un public nombreux (environ 150 personnes). Cette année Véronique et Marion, respectivement trésorière et secrétaire des Amis, avaient préparé des crêpes, accompagnées de cafés et de tisanes qui ont eu un grand succès.

 

* Samedi 7 octobre, quatre adhérents ont cheminé jusqu'au Courant d'Huchet, où un des bateliers nous a porté sur l'étang et sur le Courant. Au détour des méandres du courant, nous avons repéré et ramassé trois superbes cèpes de Bordeaux, Boletus edulis Bull. qui ont fini leur vie en fricassée dans l'assiette du batelier. L'endroit est toujours aussi fascinant et le temps était merveilleux, passant d'une brume dévoilant peu à peu les détails pour finir par un grand soleil éclatant sur les premières couleurs d'automne. À refaire rapidement ! Par exemple pour le 110e anniversaire du Courant, le dimanche 17 juin 2018.

 

Dédé Labadie, le batelier-pêcheur-naturaliste, disparu le 23 août est toujours présent dans notre mémoire. Guy et Gratienne ont représenté les Amis, le samedi suivant, lors de ses obsèques pour lesquelles l'église de Léon était vraiment trop petite.

 

Les Amis sont solidaires de l'association des Bateliers du Courant d'Huchet et réciproquement.

 

 

 

2017 –

 

* Les 27e et 28e échanges de plantes du 8 mai et du 8 octobre. Journées sans pluie, toujours autant plébiscitées et qui ont rassemblé une fois de plus un public nombreux (environ 150 personnes). Cette année Véronique et Marion, respectivement trésorière et secrétaire des Amis, avaient préparé des crêpes, accompagnées de cafés et de tisanes qui ont eu un grand succès.

 

* Samedi 7 octobre, quatre adhérents ont cheminé jusqu'au Courant d'Huchet, où un des bateliers nous a porté sur l'étang et sur le Courant. Au détour des méandres du courant, nous avons repéré et ramassé trois superbes cèpes de Bordeaux, Boletus edulis Bull. qui ont fini leur vie en fricassée dans l'assiette du batelier. L'endroit est toujours aussi fascinant et le temps était merveilleux, passant d'une brume dévoilant peu à peu les détails pour finir par un grand soleil éclatant sur les premières couleurs d'automne. À refaire rapidement ! Par exemple pour le 110e anniversaire du Courant, le dimanche 17 juin 2018.

 

Dédé Labadie, le batelier-pêcheur-naturaliste, disparu le 23 août est toujours présent dans notre mémoire. Guy et Gratienne ont représenté les Amis, le samedi suivant, lors de ses obsèques pour lesquelles l'église de Léon était vraiment trop petite.

 

Les Amis sont solidaires de l'association des Bateliers du Courant d'Huchet et réciproquement.

 

* L'atelier des “couturières et couturiers d'herbiers” est toujours aussi bien fréquenté mais la place ne manque pas pour de nouvelles recrues. Jean toujours fidèle au poste le jeudi et aussi pour préparer les herbiers à attacher, avec Alberto, Catherine, Mareck et nous espérons voir revenir Judy quand elle aura fini d'explorer la planète.

 

* Les problèmes liés à l'informatisation des parts d'herbier sur la base Sonnerat du Muséum sont derrière nous, et nous allons enfin pouvoir entrer les données de façon plus productive et ainsi les partager largement. Georges qui venait de Pau en train (2 h de trajet) s'est un peu lassé de se casser le nez sur de l'informatique en panne, nous espérons qu'il reviendra voir comment tout s'est bien amélioré et la saisie s'est beaucoup facilitée. Jean est en train de l'expérimenter, et comme nous disposons de deux ordinateurs, ils pourront travailler à deux sans problème.

 

* Nous répondrons ainsi à la demande des botanistes étrangers et français, en particulier nos collègues du Conservatoire national botanique Sud-atlantique, qui travaillent au premier étage de la Maison Jean Bost.

 

Parallèlement, Franck, Josselin et Néhémie trouvent de plus en plus d'intérêt à leur travail sur les parts de l'herbier de Paul Jovet encore indéterminées. La reconnaissance des espèces sur matériel sec est très différente de ce qu'ils font sur le terrain et cela complète bien leurs connaissances.

 

N'hésitez pas à venir assister à leurs séances de botanique les Lundi de botanique, en principe le premier lundi du mois, le calendrier est disponible sur les sites du Jardin.

 

* Le 15 décembre, réunion d'amitié gourmade à laquelle ont participé une trentaine, avec les permanents du Jardin et les botanistes du CBNSA. Entre deux bouchées sucrées ou salées, les conversations se sont poursuivies bien en avant dans le temps d'atelier des herbiers, mais personne ne s'en est plaint !

 

* Atelier des couronnes de Noël, le 16 décembre. Gisèle nous espère plus nombreux pour ce moment de partage très sympathique.

 

* L'atelier jardinage, Lucile et Gisèle ont accueilli avec plaisir Bernard, qui a proposé de partager les plants qu'il prépare pour son propre potager. Pas de nouvelles récentes du projet d’établissement d’un réservoir de retenue des eaux pluviales, pour le moment le jardinage se poursuivra donc.

 

 

2018 –

* détermination de l'azalée préférée des visiteurs, il s'agit bien de botanique appliquée !

 

Rhododendron × pulchrum, dont les parents sont R. indicum × mucronatum. Plusieurs exemplaires de cette azalée s'épanouissent dans des jardins anciens autour de Saint-Jean-de-Luz, et la pépinière Maymou à Bayonne a confirmé qu'il s'agissait bien de l'azaléee 'Vuyk’s Rosyred' et qu'elle était toujours en production.

Pour la différence entre rhododendron et azalée, venez faire un tour aux Lundis de botanique, le premier lundi du mois !

* La neige était Saint-Jean-de-Luz et au JblPJ le 28 février, quels souvenirs ! Photographies de Jon Sudupe.

 

 * Le 2e colloque international sur les Trognes s'est tenu à Sare les 1er, 2 & 3 mars 2018. Six Amis y étaient avec 200 autres auditeurs.

 

 

 

* Des intervenants de 20 pays partageant leurs expériences et des visites de terrain, comme la visite des chênes têtards de Sare, avec Cyrille van Meer, ou un élevage bovin dans lequel les vaches apprécient beaucoup plus la litière de “plaquettes” autrement dit de bois broyé, que la paille. Le revêtement reste plus sec et propre, la couche est plus stable sous les sabots, et l'agriculteur peut changer la litière toutes les trois semaines au lieu de deux jours !

 

* Les autres utilisations mentionnées, fourrage, bois de chauffage, perches, compost perché, sont anciennes mais remises au goût du jour, avec une mécanisation adaptée pour alléger le travail de l'agriculteur et faciliter l'entretien des haies, leur replantation aussi. Là où elles ont été massacrées dans le cadre du remembrement, avec toutes les conséquences néfastes bien connues, désert faunistique, absence des oiseaux régulateurs des insectes ennemis des cultures, manque d'ombre pour les troupeaux, lessivage des sols en particulier aux abords des ruisseaux, etc. Quant aux arbres traités en trognes, c'est un moyen de les conserver éternellement, pensez-y quand vous envisagerez de faire enlever un arbre devenu trop grand dans votre jardin !

 

* Si vous regardez attentivement les peintures hollandaises anciennes, vous y verrez sûrement des arbres têtards, quant à la Tapisserie de Bayeux, des chercheurs viennent de repérer que les différentes scènes représentées étaient séparées à chaque fois par des arbres en train d'être taillés selon ce protocole très particulier !

 

* Le JblPJ abrite lui aussi trois arbres, deux chênes et un hêtre qui ont été plantés près de l'atelier dans l'optique d'être traités en têtards (autre terme employé pour évoquer ce type de taille, comme l'émonde en Bretagne) et qui ont atteint l'âge d'être taillés. Vous pourrez remarquer qu'ils n'ont plus de tête mais ont gardé, pour l'instant, les branches périphériques de leur houppier.

 

* Le film “Les Trognes, l'arbre aux mille usages” projeté en avant première lors du colloque, diffusé en juin sur Arte. Toutes les interventions ont été filmées et sont visibles sur le site de l'Association française d'agroforesterie :

 

http://www.agroforesterie.fr/ activite-association- francaise-agroforesterie.php

http://www.agroforesterie.fr/ 2e-colloque-europeen-sur-les- trognes-1-3-mars-2018-Sare- Pays-Basque.php

 

* Activités récurrentes de l’atelier d’attachage à la Maison Jean Bost. Les couturières et couturiers d'herbier, sont aussi informaticiens pour certaines et certains, et grâce aux déterminations des botanistes du Conservatoire botanique national Sud-Atlantique, le travail se complète parfaitement et avance à un rythme convenable.

 

* Le travail se poursuit à la bibliothèque avec Mathilde, trois nouveaux titres figurent sur les étagères : Le jardin en lasagne, Comment jardiner le plus écologiquement, L’émotion cachée des plantes. Et l'ouvrage de Dominique Mansion, Trognes, l'arbre paysan aux mille usages, en rapport avec le collogue cité au-dessus.

 

* Les 29e et 30e éditions de l'échange de plantes, ont attiré toujours autant de jardinières et jardiniers ravis de se retrouver deux fois par an (le 8 mai et début octobre). Le site du Jardin accueille cette réunion de passionnés.

 

* Les deux maraîchères de l'association, Lucile et Gisèle, sont toujours fidèles au poste. Cette année l'équipe du Jardin a installé des plessis en hauteur pour permettre un niveau de terre compatible avec la culture des carottes par exemple et pour épargner les lombaires des jardinières et jardiniers qui sont les bienvenus. Chaque mardi en début ou en fin d'après-midi selon la saison et la température.

 

* À la suite de la demande de stage de taille et de greffe de l'an dernier, les informations tardives, indiquaient un stage de taille le 20 Mars à Arès (33) au Verger du terrain des Lapins, et un stage de greffe le 23 mars à Assat (64) au Conservatoire des légumes du Béarn.

 

*Jacques Ospital se remémore que dans son enfance il y avait des grillons au Pays basque, pour lui c’était « le pays des grillons ». Aujourd’hui il n’y a plus aucun grillon. Y a-t-il une possibilité de réintroduire ces derniers au Jardin ?

 

* Réunion d'amitié gourmande annuelle, jeudi 20 décembre. Toutes et tous occupés à papoter, et déguster ce que chacune et chacun ont apporté, c'était très bien !

 

* Le 1er septembre, la fête des associations a permis de tenir un stand au cœur de la ville et grâce à Lucile, Gisèle, Monique, Catherine, Jean-Michel, Jean, l’association et ses différents ateliers étaient bien représentés, merci pour leur implication.

 

2019 –

 

* Le 6 février a eu lieu la journée d’étude au ministère de la Culture en vue des Rendez-vous aux Jardins de juin, le thème en était " les animaux au jardin". Beaucoup de vers de terre, de papillons mais pas que, des girafes, des lions et desg animaux de la ville, faisaient aussi partie du décor.

 

Le compte-rendu de ces journées, ainsi que ceux des années précédentes se trouve sur le site du ministère, dans la rubrique Actes de colloque : http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Monuments-historiques-Sites-patrimoniaux-remarquables/Travaux-sur-un-objet-un-immeuble-un-espace/Focus/Intervenir-dans-un-parc-ou-un-jardin-protege

 et tout y est bon à lire !

 

À suivre !