qui sommes-nous ?


L’histoire de ce Jardin est indissociable de celle de ses protagonistes, sachant que si le Jardin a mis près de trente ans à sortir physiquement de terre, son approche remonte à beaucoup plus loin (voir Historique ci-dessous).


D’une surface de 2,5 ha, le Jardin botanique littoral Paul Jovet est essentiellement un outil pédagogique. Le plan réalisé en 1991 comportait les espaces dédiés à l’installation des divers milieux naturels et d’étude. À l’usage, l’articulation entre les contraintes du site et la réalisation, s’est révélée tout à fait adaptée aux nombreuses activités pédagogiques qui y ont pris place.
Les deux « tuteurs » du Jardin, Paul Jovet et Jean Bost étaient des passeurs de savoir. Instituteur puis botaniste au Muséum national d’histoire naturelle (Jardin des Plantes à Paris) pour le premier, professeur de sciences naturelles au Lycée Ravel de Saint-Jean-de-Luz, enseignant à l’IUFM de Bordeaux, fondateur de nombreuses associations naturalistes et de réinsertion sociale, pour le second.

 

Le Jardin est un lieu de vie sociale, où se rencontrent les adhérents lors des nombreuses activités liées à la botanique, jardinage, initiation à la botanique, ethnobotanique, prise en charge des herbiers de Paul Jovet, programme Vigie-flore du MNHN. De nombreuses expositions et conférences ont lieu chaque année dans la Maison Jean Bost.

 

Historique du Jardin botanique littoral Paul Jovet

 

Dès 1934, le professeur Paul Jovet publie notes et mémoires sur la végétation et la flore du Pays basque. En octobre 1954, il est nommé directeur du Laboratoire du Muséum national d’histoire naturelle à Biarritz. Il déplore la disparition d’espèces, de biotopes, de paysages et défend l’utilité des jardins botaniques pour le maintien de la biodiversité.
C’est à son contact que se fait jour dans les années 1980, chez les acteurs environnementaux du Pays basque, une prise de conscience forte, de la nécessité de « porter à connaissance » et de « préservation ».

1980 – Profitant de la proposition du maire M. Ithurralde, Paul Jovet, Bernadette Lizet, Pierre Lamarque et Gil Laës de la SEPANSO-Pays Basque retiennent le site d’Archilua site de la station d’épuration de Saint-Jean-de-Luz / Ciboure, pour l’installation d’un jardin botanique.

1985 – Les naturalistes autour de Paul Jovet, dont Anne-Elizabeth Wolf, réalisent, avec des jardiniers du service des espaces verts, les premières plantations sur le terrain de la station d’épuration de Saint-Jean-de-Luz, récemment bâtie.

1989 – L’équipe de maîtrise d’œuvre chargée de créer le jardin d’Archilua sur le site de la station d’épuration est constituée. Elle est composée d’agents de services techniques municipaux, d’adhérents des associations Drosera et SEPANSO, de l’équipe liée au Muséum national d’histoire naturelle.

1990 – La municipalité embauche Michel Arrayago, jardinier dont la candidature a été retenue par Paul Jovet et son équipe, pour réaliser le Jardin. Son « bureau » est localisé dans le blockhaus situé sur l’aire de manœuvre de la station d’épuration.

1991 – Le décès de Paul Jovet ne met pas fin au projet. Le modelage du Jardin va commencer sur les plans d’Anne-Elizabeth Wolf (architecte-paysagiste DIAL) : terrassement, clôtures, allées, creusement du bassin… Les gros équipements sont réalisés ainsi que les plantations structurantes : haies, brise-vent, boisements.
Le premier Comité de pilotage est mis en place.

1994 – Inauguration du « Jardin botanique Paul Jovet », le 21 juin.
 « L’Association Paul Jovet pour le jardin botanique de la flore littorale et des espèces menacées du littoral Basque » est déclarée en préfecture le 22 décembre. Présidente fondatrice : Anne-Elizabeth Wolf.
« En vue du développement du Jardin, l’Association s’engage à mettre en œuvre un programme de plantation et assurer l’animation sur la base d’un programme annuel » : première convention signée avec la mairie.

1995 (22 mars) – Dépôt du permis de construire du bâtiment d’accueil. Cependant les demandes de subventions correspondantes ne sont pas confirmées.
Le décès de Jean Bost et le changement de municipalité induisent une mise en sommeil du projet.
Néanmoins l’entretien du Jardin, non encore totalement planté, est assuré par Michel Arrayago et le service des espaces verts.

1995 à 1999 – Diverses actions sont menées conjointement par les associations « Drosera » et « Paul Jovet » afin de redynamiser le projet.

1996 – Plantation d’arbres, au Jardin, en hommage à Jean Bost

1997 Rendez-vous à Saint-Jean-de-Luz, entre le député-maire et Suzanne Jovet-Ast, et à Paris à l’Assemblée nationale, avec des scientifiques du Muséum.

1998 Exposition « Jardins botaniques » afin de sensibiliser les Luziens.
Nouvelle convention de partenariat avec la municipalité pour la mise en valeur du Jardin, et les conditions de fonctionnement.

1999 Enquête sur l’organisation, la gestion, le financement de divers Jardins botaniques français, dont le résultat est fourni à la municipalité.
Le Conseil d’Administration passe de 4 à 7 personnes. Son siège est transféré à Sagardian. 10 adhérents constituent «Les Amis du Jardin botanique Paul Jovet».

2000 – L’audit réalisé par un cabinet spécialisé marque la première phase de la volonté municipale de reconsidérer la faisabilité du Jardin botanique.

2001 – La mairie s’engage en nommant le conseiller chargé de l’environnement, responsable de l’organisation de Comités de pilotage réguliers.
L’Association organise des activités de plus en plus nombreuses, et se renforce.

2002 – La municipalité engage les gros travaux de réhabilitation indispensables à la mise en valeur du Jardin et subventionne l’Association pour lui permettre d’engager son premier salarié, jardinier-botaniste-animateur : Domeka Zubeldia.

2003 – Un abri permet à notre jardinier de faire face à ses diverses tâches.
Premières récoltes de graines (armoire réfrigérée). Premières étiquettes botaniques (machine à graver).
Premier échange de plantes du 8 mai.
Mise en chantier de la conception des tables signalétiques des grands milieux, désormais bien représentés au Jardin.

2004 – Publication d’un premier document « Jardinons ensemble ». Premiers stagiaires au Jardin. Première convention avec l’association A.D.E.L.I.
Participation aux journées techniques organisées par les Jardins botaniques de France et des pays francophones.

2e et 3e échanges de plantes, au printemps et en automne.

 

2005 – Implantation du labyrinthe arbustif. Les milieux s’enrichissent de nouvelles plantations.
L’espace technique du Jardin est aménagé. Une parcelle est réservée au groupe jardinage.
Les actions pédagogiques et d’accueil ponctuel se poursuivent ainsi que la réception de stagiaires.
Réalisation du dépliant sur le Jardin botanique Paul Jovet, distribué lors de l’inauguration du Sentier littoral.
4e et 5e échanges de plantes.

 

2006 – Création du Jardin des Utiles.
Le permis de construire de la Maison Jean Bost est accordé le 22 août.
Les activités pédagogiques, d’animation, de structuration de l’Association s’amplifient : création d’un groupe communication pour la création d’un site web, d’un dépliant, en prévision de l’ouverture au public du Jardin.
6e et 7e échanges de plantes, au printemps et en automne.

 

2007 – Création d'un poste de direction qui complète l'équipe en place : Jardinier-botaniste-animateur et Jardinier-animateur..
Remaniement et plantation de la rocaille abritée. Enrichissement de la chênaie et de la pinède.
Réfection des carrés botaniques expérimentaux en bois de robinier rétifié, et de l’amphithéâtre en troncs de pins recyclés.
Terrassement et mise en chantier de la Maison Jean Bost.
Réception le 31 août de l’expédition : « Sur les traces d’Augustin Pyramus de Candolle 200 ans après ».
Réalisation d’un atelier et tenue d’une conférence à la Fête de la corniche, les 22 et 23 septembre. 8e et 9e échanges de plantes.
Le volume des animations scolaires devient conséquent : 459 élèves sont reçus au Jardin.
L’Association est prête à ouvrir le Jardin au grand public.

2008 - Ouverture au public, du Jardin botanique littoral Paul Jovet le 22 mars.
10e et 11e échanges de plantes.

2009 - Le Conservatoire Botanique National Sud-Atlantique y établit son relais méridional.
12e et 13e échanges de plantes.

2010 - L'Association compte 3,5 postes salariés.
Elle développe ses activités de sensibilisation au patrimoine naturel local (dominante botanique), ainsi que ses activités de botanique appliquée comme la revégétalisation de la lande littorale, le transfert d'espèces protégées (grémil prostré et séneçon de Bayonne). La fréquentation du jardin augment de 4 % ; le bénévolat s’établit à 4117 heures.
L'Association a accueilli 1102 élèves dont 27% en langue basque.
Les plantations du Jardin gagnent en maturité, les travaux s'y font en partenariat avec les services espaces verts de la ville de Saint-Jean-de-Luz et l'association d'insertion ADELI. Les plessis de l’Arbre au bateau et du labyrinthe sont remplacés. Les cyprès de la pinède sont progressivement éliminés.
Lancement de la formation d’ethnobotanique sous la direction de deux ethnologues, Stéphanie Fance et Bernadette Lizet, professeur au Muséum national d’histoire naturelle.
L’Association des Journalistes de Jardins et d’Horticulture décerne au Jardin son prix mention « Initiative citoyenne ».
14e et 15e échanges de plantes.

 

2011 – 16e et 17e échanges de plantes.
900 élèves ont été reçus au Jardin, 6 expositions, 10 conférences, 21 sorties découvertes pour 316 participants, 388 personnes ont participé aux visites guidées.

 

2012 – 18e et 19e échanges de plantes.

6 400 visiteurs, résultat financier positif, décision de reprendre le Jardin botanique littoral Paul Jovet et ses quatre salariés en régie, vote à l'unanimité du Conseil municipal le 14 décembre 2012.

Nous transmettons un outil de travail performant et reconnu bien au-delà des limites communales luziennes

 

2013 – la gestion technique du Jardin est de la responsabilité de la mairie. L'association poursuit ses activités variées :

* conférence sur les herbiers dans la cadre de l'exposition : les herbiers anciens d’Aquitaine

* atelier montage de l’herbier Paul Jovet : 604 planches montées cette année sur les 20 000 reçues du Muséum. À ce jour plus de 4000 planches sont prêtes

* atelier jardinage au naturel : 430 h de travail sur 10 mois

* 20e et 21e échanges de plantes

* mise à disposition des adhérents des 600 ouvrages de la Bibliothèque

* Vigie-Flore, participation au programme du Muséum national d'Histoire naturelle de suivi des changements d'abondance des espèces végétales communes en France Participation des connaissances sur l'impact des activités humaines et des changements globaux sur la flore métropolitaine

* quatre sorties naturalistes avec le CBNSA et une aux pépinières Maymou à Bayonne

* déplacement de deux espèces patrimoniales dans le cadre de la mission ASF

* présence à Alternatiba le 6 octobre à Bayonne, pour promouvoir l’association

* collaboration avec l’ICB dans le cadre d’une résidence d’écrivain dont la restitution se fera au cours des journées du patrimoine le samedi 20 septembre 2014.

 

2014 -

* participation au salon Avril’expo à Bayonne dans l'espoir de rencontrer des personnes intéressées par nos activités

* 22e échange de plantes le 8 mai. Celui d'octobre n'a pas été organisé pour cause d'activités très nombreuses à organiser cet automne

* samedi 31 mai : Rendez-vous aux Jardins avec le thème « l’enfant au Jardin » Atelier de jeux d’enfants très appréciés y compris par les anciens enfants !

* samedi 20 septembre : Journées du Patrimoine, « Patrimoine culturel,  patrimoine naturel ». Restitution du travail de poésie du bertsulari Odei Barroso. Publication bilingue réalisée par l’ICB avec la participation financière de la ville de Saint-Jean-de-Luz

* dimanche 28 septembre : Fête de la Corniche, notre stand est à l’endroit habituel près du chantier de revégétalisation des Viviers basques. Le thème de cette année : les EEE, espèces exotiques envahissantes. Distribution d'un guide des espèces autochtones à utiliser pour constituer des haies accueillant une faune utile

* au printemps, herborisation à Bidart et Chantaco 

* en juin, Vigie-Flore pour une des placette, à notre arrivée sur la pâture dont il fallait recenser les espèces, les vaches y broutaient encore ! Après leur départ il a été difficile de déterminer les plantes qui avaient fait leurs délices …

* l’atelier d’attachage des herbiers de Paul Jovet s’est poursuivi contre vents et marées. Toute personne aimant les travaux minutieux est la bienvenue, pour un partage scientifique dans la bonne humeur et les papotages

* les livres de la bibliothèque rejoignent peu à peu la place qui leur est assignée sur les rayonnages

* la conduite et l’entretien du jardin potager se poursuit

* deux visites ont été organisées : la safranière de Pascal Garcia (Crocus sativus L.) à Saint-Pée-sur-Nivelle le 7 novembre ; le vignoble d’Emmanuel Poirmeur, installé sur la

Corniche à Urrugne et la vinification de l’Egia tegia dans le fonds de l’océan

* le dernier point concerne les activités de l’association en général. Guy et Gratienne Teynié ont reçu de la part de la mairie de Saint-Jean-de-Luz une reconnaissance officielle de leur engagement à 100 %, 24 h sur 24 et 7 jours sur 7.

 

2015 -

* conférence donnée à Biarritz pour les Amis du Musée de la Mer, le 8 avril 2015. Sujet : le Jardin botanique littoral Paul Jovet, le botaniste Paul Jovet et le problème posé par les EEE, les espèces exotiques envahissantes.

* samedi 11 et dimanche 12 avril 2015, Journées Portes ouvertes : « l’Herbier du Jardin botanique littoral Paul Jovet ».  Samedi matin : collecter de quoi confectionner un herbier et herboriser dans les pas du botaniste Paul Jovet. En contrebas de l'église d'Arcangues, dans les chemins creux humides superbes à partir du chemin de Jaureguiborda et jusqu’au ruisseau d’Argelous, accompagnés par deux botanistes. L’après-midi à la maison Jean Bost : « Pourquoi les botanistes confectionnent encore et toujours des herbiers avec leurs récoltes de plantes ? Pourquoi est-il pris grand soin de l’herbier de Paul Jovet au Jardin botanique ? » Exposés de Marie Jean, documentaliste au Conservatoire botanique national Sud-atlantique : Plantes d’hier et d’aujourd’hui pour la biodiversité de demain et d'Anne-Elizabeth Wolf : Réseau des herbiers de France.

Dimanche, « Apprendre à confectionner un herbier » ou bien, en famille, des « empreintes de feuilles » au cours d’ateliers ludiques et scientifiques.

Démonstration d’un herbier scientifique, celui de Paul Jovet, botaniste du XXe siècle au Pays Basque et dans les Landes, sa mise en parts réalisée par les bénévoles de l’atelier Herbier et l’exploitation des données informatisées

* les 23e et 24e échanges de plantes 

* en fin d’année, un atelier des couronnes de l’Avent

* neuf bénévoles participent maintenant à l'atelier d'attachage des herbiers

* l'atelier jardinage se poursuit au fil des saisons. Il accueillerait volontiers des jardinières ou jardiniers supplémentaires

* le catalogage de la bibliothèque est quasiment terminé, si tant est qu’un tel travail puisse s’achever alors que régulièrement de nouveaux ouvrages sont apportés